La Revue Française de Psychanalyse

  • L’autoanalyse et les très longues curesJuil, 2020

    Gilbert Diatkine

    En général, écrit
    Freud, l’analyse se termine bien. Quand le patient et l’analyste se séparent,
    le premier est guéri de ses symptômes, et le second, « rebus bene gestis », a le sentiment qu’il a bien fait ce
    qu’il avait à faire (Freud, 1937c/1985, p. 265).

  • Analyse terminable?Juil, 2020

    Présentation du numéro

    Certes toute cure
    psychanalytique se termine un jour, que ce soit, au pire, par une rupture ou le
    départ – voire la disparition – de l’un ou l’autre des deux
    protagonistes de l’aventure. Mais le plus souvent un certain état du patient et
    une certaine façon de penser de l’analyste conduisent ceux-ci à décider de la
    fin des séances.

  • Entretien avec Ilse Grubrich-SimitisMai, 2020

    Rfp : Madame Grubrich-Simitis, vous êtes
    surtout connue des lecteurs français pour votre immense travail
    d’éditrice scientifique des œuvres de Freud au S. Fischer Verlag et votre
    ouvrage Freud : retour aux
    manuscrits. Faire parler des documents muets[1] (Paris, Puf,
    1997).

Mis en avant